1792-1811 : Antoine Valérien LESCUN

1811-1815 : Joseph MARCADET

1815-1821 : Pierre HOURQUET

1821-1837 : Pierre PEYROUTET

1837-1839 : Joseph MARCADET

1839-1852 : Pierre PEYROUTET

1852-1859 : François CASSOU

1859-1868 : Jean LABES

1868-1870 : Jean-Cyprien SAUBATTE

1870-1879 : Frédéricq Adolphe RIQUEBOURG

1879-1886 : Joseph PÉTRIQUE

1886-1904 : Jules CAZABIEILLE

1908-1912 : Bernard COURADES

1912-1920 : Pierre DOASSANS

1920-1925 : Pierre DONZELOT

1925-1944 : Marcellin GUILHAMASSÉ

1944-1947 : Victor MONGUILHET

1947-1989 : Jean LABARRÈRE

1989-2008 : Laurent AUBUCHOU-AUROUIX

2008-2014 : Patrick MOURA

2014-en cours : Marc CANTON

 

La France commémore jusqu'en 2018 le centenaire du premier grand conflit mondial : la Première Guerre Mondiale. Plus de 1,3 millions de soldats ont été tués pour défendre la liberté.

S'inscrivant dans ce mouvement national, la commune d'Asson rend hommage à ses 85 enfants tombés au champ d'honneur pendant la Grande Guerre.

Inscrits sur le monument aux morts, voici par ordre alphabétique la liste des Assonnais qui ont péri suite à ce conflit. Vous pouvez cliquer sur leurs noms pour visualiser leur registre militaire. Il détaille l'état civil, le physique, et les différentes opérations auxquelles ils ont participé.

ARQUÉ JOSEPH THÉODORE
Né le 2 mars 1874 à Asson. Soldat au 143e R.I. de Pau. Mort pour la France le 29 juin 1915 (41 ans), "tué à l'ennemi" au hameau des Brebis à Bully-les-Mines dans le Pas-de-Calais.
AUGÉ JEAN MARIE AUBIN ANDRÉ
Né le 18 septembre 1892 à Coarraze. Soldat au 12 R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 20 septembre 1914 (22 ans) à Oulches dans l'Aisne.
BARRABOURG GERMAIN
Né le 11 juillet 1882 à Asson. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 20 décembre 1914 (32 ans), "mort après blessure par balle" à Perthès-lès-Hurlus dans la Marne.
BARRABOURG SYLVAIN
Né le 23 juin 1882 à Asson. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 30 décembre 1914 (32 ans) à Perthès-lès-Hurlus dans la Marne. Inhumé à la Nécropole Nationale de Suippes-Ville dans la Marne (tombe 4552).
BARAILHÉ ALPHRED JEAN MARIE
Né le 31 janvier 1895 à Asson. Soldat au 65e R.I. de Nantes. Mort pour la France le 26 octobre 1915 (20 ans), "tué à l'ennemi" au Mesnil-lès-Hurlus dans la Marne. Inhumé à la Nécropole Nationale de la Crouée à Souain-Perthes-lès-Hurlus (tombe 3457).
BAUCOUESTE JEAN
Né le 1er décembre 1884 à Lestelle. Soldat-mécanicien au 2e groupe d'aviation escadrille. Mort pour la France le 9 novembre 1916 (32 ans) au Bourget en Seine-Saint-Denis, "suite au choc de l'hélice au moment de la mise en marche du moteur".
BÉNÉDEYT VICTOR
Né le 17 novembre 1888 à Peyrouse (65). Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 14 novembre 1914 (26 ans) à Asson "suite à des blessures de guerre".
BERNATAS PIERRE OMER
Né le 9 septembre 1888 à Asson. Soldat au 57e R.I. de Bordeaux. Mort pour la France le 29 août 1918 (30 ans), "tué à l'ennemi" à Nesle dans la Somme.
BIRA JACQUES
Né le 27 juillet 1877 à St-Pé (65). Soldat au 42e R.I. de Belfort. Mort pour la France le 15 mai 1916 (39 ans) dans l'ambulance 13 à Dugny dans la Meuse, "tué à l'ennemi".
BIRA JEAN JOSEPH
Né le 30 décembre 1881 à St-Pé (65). Soldat au 83 R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 16 juin 1916 à Arras dans le Pas-de-Calais.
BLAIZE-PASCAU SIMON
Né le 23 juillet 1890 à Lestelle. Soldat au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France le 9 mai 1915 (25 ans) à Roclincourt dans le Pas-de-Calais, suite à une blessure.
BOUSQUET PIERRE
Né le 4 novembre 1891 à Arthez-d'Asson. Soldat au 24e R.I. coloniale de Toulon. Mort pour la France le 27 août 1914 (23 ans), "tué à l'ennemi" durant la bataille de Jaulnay dans la Meuse.
BUZY PIERRE
Né le 2 janvier 1882 à Capbis. Soldat au 418e R.I. du Camp de Souges en Gironde. Mort pour la France le 18 avril 1917 (35 ans) durant la bataille du Chemin des Dames à Cerny dans l'Aisne.
CALIBET ALBERT
Né le 17 juillet 1898 à Asson. Soldat au 131e R.I. d'Orléans. Mort pour la France le 26 septembre 1918 (20 ans) à l'hôpital complémentaire de Jurançon, "à la suite d'une maladie contractée en service".
CALIBET BERNARD
Né le 2 septembre 1896 à Asson. Soldat au 255e R.I. de Pont-Saint-Esprit. Mort pour la France le 25 septembre 1917 (21 ans) dans l'ambulance 3/6 à Bouy dans la Marne, "suite à des blessures de guerre". Inhumé à la Nécropole Nationale de la Crouée à Souain-Perthes-lès-Hurlus dans la Marne (tombe 94).
CAMBORDE JOSEPH
Né le 19 juin 1879 à Asson. Soldat au 18e R.I. de Pau. Mort pour la France le 3 décembre 1915 (36 ans) à l'hôpital de Bahenhausen en Allemagne, "suite à des blessures".
CARRAZÉ ALBERT LUCIEN
Né le 31 août 1888 à Montévidéo (Uruguay). Caporal au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France entre le 16 février et le 25 octobre 1915 (27 ans), "tué à l'ennemi" près de Roclincourt dans le Pas-de-Calais.
CASTILLON THÉOPHILE
Né le 10 janvier 1889 à Los Angeles (États-Unis). Soldat au 18e R.I. de Pau. Mort pour la France le 6 mai 1917 (28 ans), "tué à l'ennemi" à Craonne dans l'Aisne, pendant la bataille du Chemin des Dames.
CAYÈRE JEAN FABIEN
Né le 13 décembre 1894 à Asson. Soldat au 49e R.I. de Bayonne. Mort pour la France le 26 mai 1916 (22 ans), "tué à l'ennemi" à Douaumont dans la Meuse.
CAZABAN LÉONCE
Né le 22 janvier 1885 à Nay. Soldat au 7e R.I. de Cahors. Mort pour la France le 11 juin 1919 (34 ans), à l'hôpital 34 de Pau, "suite à une maladie contractée en service".
CAZENAVE JACQUES CLÉMENT
Né le 26 novembre 1881 à Asson. Sergent au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 21 octobre 1914 (33 ans), au bois des Chevaliers dans la Meuse.
CAZENAVE JEAN JULIEN BERNARD
Né le 1er août 1891 à St-Jean-de-Luz. Soldat-cycliste au 14e R.I. de Toulouse. Mort pour la France le 17 juillet 1918 (27 ans), dans la grange de la ferme Lecomte à Bugny dans l'Aisne, suite à des blessures de guerre.
CAZENAVE JOSEPH
Né le 18 avril 1883 à Asson. Soldat au 59e R.I. de Briançon. Mort le 26 janvier 1914 (31 ans) en Arles (Bouches-du-Rhône).
COTDEHOSSES ANTOINE
Né le 6 juin 1894 à Arthez-d'Asson. Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 12 juillet 1918 (24 ans), à l'ambulance 13/16 à Catenoy dans l'Oise, "suite à des blessures de guerre".
COURADES JEAN-PIERRE
Né le 17 juin 1896 à Asson. Soldat au 42e R.I. coloniale de Marseille. Mort pour la France le 17 mai 1917 (21 ans), "tué à l'ennemi" lors de la bataille des Pitons Rocheux au-niveau de la boucle de la Cerna en Macédoine.
COURTADE JEAN BAPTISTE
Né le 27 janvier 1894 à Asson. Soldat au 24e bataillon de chasseurs. Mort pour la France le 10 mai 1915 (21 ans), "tué à l'ennemi" lors du combat de Sillacker-Wasen à Metzeral dans le Haut-Rhin.
CROUSEILLES EDMOND ERNEST
Né le 23 juillet 1892 à Asson. Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 7 novembre 1915 (23 ans), "tué à l'ennemi" près de la position de la Mietté, à Pontavert dans l'Aisne. Inhumé à la Nécropole Nationale de Pontavert dans l'Aisne (tombe 3750).
CURET CLOVIS HONORÉ
Né le 28 février 1878 à Asson. Lieutenant au 51e R.I. de Beauvais. Mort pour la France le 2 mai 1917 (39 ans), "tué à l'ennemi" lors du combat de la Neuville à Cauroy-lès-Hermonville dans la Marne.
ESCALÉ JEAN FÉLIX
Né le 22 janvier 1894 à Asson. Soldat au 2e régiment de dragons de Lunéville. Mort pour la France le 2 novembre 1914 (20 ans), "tué à l'ennemi" à Zonnebeke en Belgique.
ESCALÉ LÉON JEAN PIERRE
Né le 4 novembre 1890 à Asson. Caporal au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 20 août 1917 (27 ans), "tué à l'ennemi" à Louvemont dans la Meuse.
ESPOUNECARBOU JEAN GERMAIN
Né le 22 juin 1894 à Asson. 2e canonnier-conducteur au 57e régiment d'artillerie de Toulouse. Mort pour la France le 4 février 1915 (20 ans), à l'hôpital complémentaire 61 de Toulouse, suite à une maladie imputable au service.
FRADY EUGÈNE
Né le 2 juin 1889 à Asson. Soldat au 8e régiment de zouaves (Maroc). Mort pour la France le 24 juin 1915 (26 ans) à Camblain-l'Abbé, suite à des blessures de guerre, pendant son transport dans l'ambulance.
GAILLICOU JEAN JOSEPH HIPPOLYTE
Né le 17 mai 1893 à Asson. Soldat au 26e R.I. de Nancy. Mort pour la France le 30 juillet 1916 (23 ans), "tué à l'ennemi" à Maurepas dans la Somme.
GASSIE CHARLES
Né le 19 décembre 1887 à Asson. Soldat au 49e R.I. de Bayonne. Mort le 21 avril 1918 (30 ans) à Asson, "suite à une maladie aggravée en service".
GROUSSET JEAN-MARIE
Né le 6 août 1886 à Lestelle. Soldat au 212e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 12 février 1919 (33 ans) à l'hôpital de Cherbourg, "suite à une grippe contractée en captivité".
GUICHOT JEAN-BAPTISTE
Né le 24 juin 1883 à Asson. Soldat au 69e R.I. de Nancy. Mort pour la France le 27 septembre 1914 (31 ans), à Bray-sur-Somme, "suite à des blessures de guerre".
GUICHOT JEAN-BAPTISTE JOSEPH
Né le 28 janvier 1894 à Asson. Matelot au 1er régiment de marins de Cherbourg. Mort pour la France le 9 mars 1915 (21 ans) à l'hôpital de l'asile des vieillards de Rosendaël en Belgique, "suite à une fièvre thyphoïde".
HOURCQ PIERRE CYPRIEN
Né le 16 septembre 1888 à Asson. Soldat au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France le 9 mai 1915 (27 ans), "tué à l'ennemi" à Roclincourt dans le Pas-de-Calais.
LABES-HALAT EMILE JEAN BAPTISTE
Né le 3 juin 1892 à Asson. Soldat au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France le 16 février 1915 (23 ans) à Perthes-lès-Hurlus dans la Marne, "suite à des blessures de guerre".
LABISTE BERNARD CLÉMENT
Né le 3 avril 1898 à Capbis. Soldat au 34e R.I. de Mont-de-Marsan. Mort pour la France le 1er août 1918 (20 ans), "tué à l'ennemi" lors du combat près de Cramaille dans l'Aisne, lors de la seconde bataille de la Marne.
LACRAMPE JEAN BAPTISTE
Né le 29 août 1882 à Arthez-d'Asson. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 25 décembre 1914 (32 ans), "tué à l'ennemi à Perthes-lès-Hurlus dans la Marne.
LACRAMPE PAULIN
Né le 10 octobre 1884 à Arthez-d'Asson. Soldat au 218e R.I. de Pau. Mort pour la France le 22 mars 1915 (30 ans), "tué à l'ennemi" dans les tranchées de Moussy dans l'Aisne.
LACOMME BERNARD
Né le 17 juillet 1871 à Tarbes. Soldat au 144e R.I. territoriale de Tarbes. Mort le 1er juin 1918 (47 ans) à l'hôpital 137 de Pau "des suites d'une maladie".
LAHARGUNE JEAN FRANÇOIS
Né le 6 mai 1889 à Bruges. Sergent au 24e R.I. coloniale de Toulon. Mort pour la France le 13 septembre 1914 (25 ans), "tué à l'ennemi" à Thièblemont-Courdemanges dans la Marne où il est inhumé.
LANSALOT JEAN
Né le 27 mars 1885 à Asson. Caporal au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 19 août 1918 (33 ans) à Asson, "des suites d'une maladie contractée en service".
LARROQUE SIMON
Né le 14 juillet 1882 à Arthez-d'Asson. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 20 décembre 1914 (32 ans), "tué à l'ennemi" à Perthes-lès-Hurlus dans la Marne.
LASPARN JEAN
Né le 21 mai 1881 à Capbis. Soldat au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 26 novembre 1918 (37 ans) "des suites de la grippe en captivité" à Thierheim-Bayreuth en Allemagne.
LATAPIE LAY JEAN-LOUIS
Né le 25 avril 1888 à Asson. Soldat au 169e R.I. de Nancy. Mort pour la France le 15 juillet 1918 (30 ans), "tué à l'ennemi" lors du combat de Corcy dans l'Aisne.
LATAPIE-ALLÈGRE JEAN PIERRE JOSEPH
Né le 12 septembre 1895 à Asson. Soldat au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France le 18 septembre 1918 (23 ans), "tué à l'ennemi" à Francilly-Sélency dans l'Aisne.
LATAPIE PIERRE JOSEPH
Né le 9 mars 1883 à Aucun (65). Soldat au 122e R.I. de Rodez. Mort pour la France le 18 septembre 1918 (35 ans) à l'ambulance 1/87 à l'Étoile de la Reine près de Champlieu, à Orrouy dans l'Oise.
LATTÉ PIERRE
Né le 20 novembre 1888 à Asson. Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 21 septembre 1914 (26 ans), "tué à l'ennemi" à Oulches dans l'Aisne.
LAUCHÈRE GERMAIN
Né le 11 mars 1885 à Asson. Soldat au 57e R.I. de Bordeaux. Mort pour la France le 2 juin 1918 (33 ans) à l'ambulance 5/59 à Compiègne dans l'Oise, "suite à des blessures de guerre".
LORET JOSEPH
Né le 23 janvier 1882 à Arrens (65). Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 27 juin 1916 (34 ans) à l'ambulance 5/54 à Esnes dans la Meuse, "suite à des blessures de guerre".
LOUSPLAS JEAN PIERRE
Né le 4 septembre 1891 à Asson. Soldat au 49e R.I. de Bayonne. Mort pour la France le 20 octobre 1914 (23 ans) à l'hôpital mixte de Brive, suite à des blessures de guerre.
LURDOS LUCIEN FRANÇOIS
Né le 30 mars 1894 à Asson. Caporal au 230e R.I. de Annecy. Mort pour la France le 2 octobre 1916 (22 ans), "tué à l'ennemi" à Vaux lès Mouron de Joyeux dans les Ardennes.
MAUPAS JULES
Né le 17 août 1892 à Asson. Soldat au 14e R.I. de Toulouse. Mort pour la France le 24 décembre 1914 (22 ans) à Perthes-lès-Hurlus "suite à des blessures de guerre".
MONBRU JOSEPH
Né le 8 juillet 1885 à Asson. Lieutenant au 212e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 7 septembre 1914 (29 ans), "tué à l'ennemi" au Nord de Champenoux en Meurthe-et-Moselle.
MONGUILHET JEAN-BAPTISTE
Né le 22 décembre 1889 à Asson. Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 26 janvier 1915 (26 ans), "tué à l'ennemi" dans le secteur de bois Foulon dans l'Aisne.
MONGUILHOLOU CYPRIEN
Né le 15 septembre 1885 à Asson. Caporal au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 26 mai 1916 (31 ans), "tué à l'ennemi" à hauteur de la côte 304 à Esnes-en-Argonne dans la Meuse.
MONGUILHOLOU LÉON
Né le 11 janvier 1881 à Nay. Soldat au 3e R.I. coloniale de Rochefort. Mort pour la France le 25 septembre 1915 (34 ans), "tué à l'ennemi" à Ville-sur-Tourbe dans la Marne.
MOURA ALBERT AUBIN
Né le 24 juillet 1895 à Asson. Soldat au 164e R.I. de Verdun. Mort pour la France le 21 juin 1917 (22 ans) à l'ambulance 3/60 à Saint-Hilaire-au-Temple dans la Marne, "suite à des blessures de guerre".
NAVAILLES JEAN-BAPTISTE
Né le 25 mai 1875 à Asson. Soldat au 16e R.I. territoriale de Péronne. Mort pour la France le 8 février 1916 (41 ans) à l'ambulance 5/17 à Houdain dans le Pas-de-Calais, "suite à des blessures de guerre".
NÉRIOS JEAN BAPTISTE
Né le 20 septembre 1886 à Asson. Soldat au 212e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 2 septembre 1916 (30 ans), "tué à l'ennemi" à Fleury dans le bois de Vaux-Chapitre dans la Meuse.
PAILLASSA JOSEPH PAUL
Né le 25 janvier 1896 à Asson. Soldat au 164e R.I. de Verdun. Mort pour la France le 14 juillet 1917 (21 ans) à l'hôpital de Nevers dans la Nièvre, "suite à des blessures de guerre".
PAROIX JEAN JOSEPH
Né le 2 septembre 1882 à Baliros. Soldat au 3e Régiment bis de zouaves d'Alger. Mort pour la France le 14 septembre 1914 (32 ans), "disparu" à Crouy dans l'Aisne.
PASCAU JACQUES-ROCH
Né le 15 août 1885 à Asson. Caporal au 342e R.I. de Mende. Mort pour la France le 24 août 1916 (31 ans), "tué à l'ennemi" dans le secteur de Fleury près de l'ouvrage de Thiaumont dans la Meuse.
PASCAU LÉON
Né le 14 mars 1883 à Asson. Soldat au 42e R.I. de Mende. Mort pour la France le 16 juin 1915 (32 ans), "tué à l'ennemi" à Quennevières dans l'Oise.
PÉBOSCQ JOSEPH JEAN MARIE
Né le 5 janvier 1890 à Asson. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 16 juin 1915 (25 ans), 'tué à l'ennemi" à Arras dans le Pas-de-Calais.
PELLEFIGUE JEAN MARIE
Né le 26 mars 1884 à Asson. Soldat au 33e R.I. coloniale de Rochefort-sur-Mer. Mort pour la France le 28 décembre 1914 (30 ans), "tué à l'ennemi" à Massiges dans la Marne.
PELLEFIGUE LÉON LOUIS
Né le 18 août 1894 à Asson. Caporal au 14e R.I. de Toulouse. Mort pour la France le 26 octobre 1918 (24 ans), "mort en captivité des suites d'une pneumonie" à Worringen en Allemagne. Inhumé à la Nécropole Nationale des prisonniers de guerre à Sarrebourg en Moselle (tombe 2577).
PÉRÉ JEAN-BAPTISTE
Né le 5 août 1885 à Asson. Soldat au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 14 septembre 1917 (32 ans) devant Ostel dans l'Aisne "suite à des blessures de guerre".
PÉRÉ MICHEL
Né le 15 mars 1890 à Bruges. Soldat au 18e R.I. de Pau. Mort pour la France le 25 janvier 1915 (25 ans), "tué à l'ennemi" à la Vallée-Foulon dans l'Aisne.
PERMASSE JEAN
Né le 11 juillet 1886 à Bruges. Caporal au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 11 octobre 1914 (28 ans), "tué à l'ennemi" au bois des Chevaliers dans la Meuse.
PÉTRIQUE ADRIEN
Né le 7 septembre 1886 à Asson. Soldat au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 29 juin 1915 (31 ans) à Amiens "suite à des blessures de guerre".
PEYRALANS BARTHÉLÉMY
Né le 21 juillet 1888 à Asson. Soldat au 12e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 29 août 1914 (26 ans), "tué à l'ennemi" à Mézières-sur-Oise dans l'Aisne.
POUYOUNE MARTIN LOUIS
Né le 19 septembre 1897 à Asson. Soldat au 51e Bataillon des Chasseurs Alpins de Annecy. Mort pour la France le 5 octobre 1918 (21 ans), "tué à l'ennemi" au lieu-dit Chardon-Vert à Séquéhart dans l'Aisne.
POUYOUNE JEAN PROSPER
Né le 23 octobre 1891 à Asson. Caporal au 1er Bataillon de Marche d'Infanterie Légère d'Afrique. Mort pour la France le 25 octobre 1918 à Saint-Germainmont dans les Ardennes.
SALINGROS MARCEL CLÉMENT
Né le 19 mai 1884 à Romény dans l'Aisne. Soldat au 267e R.I. de Soissons. Mort pour la France le 28-29 août 1914 (30 ans), "tué à l'ennemi" à Urvillers dans l'Aisne.
SANSGUILHEM-SER FERNAND LOUIS MARTIAL
Né le 11 février 1896 à Asson. Soldat au 34e R.I. de Mont-de-Marsan. Mort pour la France le 30 mars 1918 (22 ans), "tué à l'ennemi" à Assainvillers dans la Somme.
SOUMET-MESPLÉ PAULIN
Né le 6 octobre 1883 à Bruges. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 15 mai 1915 (32 ans), "tué à l'ennemi" à Carency dans le Pas-de-Calais pendant la bataille de l'Artois.
TEMBOURRÉ FIRMIN
Né le 24 août 1893 à Asson. Soldat au 311e R.I. d"Antibes. Mort pour la France le 18 mai 1918 (25 ans), "tué à l'ennemi" lors du combat de Rollot à 1,5km au Nord de Courcelles dans l'Oise.
TOULET LÉON ADOLPHE GUSTAVE
Né le 30 dévembre 1883 à Nay. Soldat au 83e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 20 décembre 1914 (31 ans), "tué à l'ennemi" à Perthes-lès-Hurlus dans la Marne. Inhumé à la Nécropole Nationale de la Crouée à Souain-Perthes-lès-Hurlus dans la Marne (tombe 3970).
TOUYAROU JEAN FRANÇOIS
Né le 10 mars 1883 à Bruges. Soldat au 159e R.I. de Briançon. Mort pour la France le 14 juillet 1915 (32 ans), "tué à l'ennemi" à Souchez dans le Pas-de-Calais.
TOUYAROU MANDROU JOSEPH ULYSSE
Né le 30 janvier 1897 à Asson. Soldat au 8e R.I. de Saint-Omer. Mort pour la France le 24 août 1918 (21 ans) à l'ambulance 6/7 à Pont Chevallier dans l'Aisne "des suites de blessures de guerre".
TUROUNET MARC
Né le 3 avril 1886 à Arthez-d'Asson. Soldat au 47e R.I. de Saint-Malo. Mort pour la France le 26 septembre 1914 (28 ans), "tué à l'ennemi" à la ferme Hurtebise à Oulches. Également inscrit sur le Monument aux morts de Saint-Etienne-de-Baïgorry et d'Arthez-d'Asson.

 

Certains Assonnais morts pour la France sont présents sur d'autres monuments aux morts que celui d'Asson. Ils sont au nombre de 19.

ABADIE BLAISE
Né le 20 septembre 1891 à Asson. Soldat au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France le 8 septembre 1914 (23 ans), "tué à l'ennemi" à Humbauville dans la Marne. Présent sur le Monument aux Morts de Saint-Pé-de-Bigorre.
ALLÈGRE JEAN PIERRE JOSEPH
Né le 12 septembre 1895 à Asson. Soldat au 88e R.I. de Auch. Mort pour la France le 18 septembre 1918 (23 ans), "tué à l'ennemi" à Francilly-Sellency dans l'Aisne. Présent sur le Monument aux Morts de Bruges.
ARRICASTRES JEAN GASTON
Né le 12 juillet 1895 à Asson. Soldat au 67e R.I. de Soissons. Déclaré Mort pour la France le 20 avril 1917 (21 ans), disparu le 20 avril 1917 dans le secteur de la ferme du Choléra dans l'Aisne. Présent sur le Monument aux Morts de Louvie-Juzon.
BARBÉ JOSEPH JEAN BAPTISTE
Né le 26 octobre 1876 à Asson. Soldat au 123e R.I. de La Rochelle. Mort pour la France le 20 mars 1918 (41 ans) à Arthez-d'Asson, "des suites d'une maladie contractée au cours des opérations militaires".
BONNEVILLE ULYSSE
Né le 7 avril 1884 à Asson. Soldat au 18e R.I. de Pau. Mort pour la France le 1er octobre 1914 (30 ans) à Glennes dans l'Aisne, "des suites de blessures de guerre".
CAMBOT PIERRE
Né le 5 août 1885 à Asson. Soldat au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 24 août 1914 (29 ans) à Eton dans la Meuse. Présent sur le Monument aux Morts d'Arthez-d'Asson.
CATALA JOSEPH
Né le 6 avril 1893 à Pau. Soldat au 7ème Bataillon de Chasseurs Alpins de Draguignan. Mort pour la France le 11 août 1918 (25 ans), "tué au combat" à Tilloloy dans la Somme. Inhumé à la Nécropole Nationale de Lihons dans la Somme.
CAUMAUBÈRE HYACINTHE FRANÇOIS
Né le 11 décembre 1893 à Asson. Soldat au 3e R.I. Coloniale de Rochefort. Mort pour la France le 28 février 1915 (21 ans), "tué à l'ennemi" à Beauséjour dans la Marne. Inscrit au Monument aux Morts de Pau.
CHEVREAU JEAN AMÉDÉE AUGUSTE
Né le 3 avril 1887 à Asson. Soldat au 3e R.I. Coloniale de Rochefort. Mort pour la France le 26 février 1916 (29 ans) lors du naufrage du Provence II, torpillé par un sous-marin allemand au large du cap Matapan en Méditerranée. Présent sur le Monument aux Morts de Gelos.
GRANGÉ JEAN HENRI JOSEPH
Né le 1er septembre 1885 à Asson. Soldat au 212e R.I. de Tarbes. Mort pour la France le 7 septembre 1914 (29 ans), "disparu au combat" à Château-Salins près de Nancy. Présent sur le Monument aux Morts de Ousse.
JANOULET VINCENT
Né le 7 mai 1883 à Saint-Vincent. Soldat au 283e R.I. de Saint-Gaudens. Mort pour la France le 24 septembre 1914 (31 ans), "disparu au combat" au bois de Ranzières dans la Meuse.
LANOT MARCEL SYLVAIN
Né le 25 mai 1879 à Asson. Soldat au 18e R.I. de Pau. Mort pour la France le 4 mars 1915 (35 ans), "tué à l'ennemi" à Notre-Dame-de-Lorette dans le Pas-de-Calais. Présent sur le Monument aux Morts d'Arthez-d'Asson.
LATAPIE JEAN
Né le 2 décembre 1877 à Asson. Soldat au 143e R.I. Territoriale de Pau. Mort pour la France le 24 septembre 1915 (37 ans), "tué à l'ennemi" sur le plateau de Lorette, dans le bois de Bouvigny dans le Pas-de-Calais. Inhumé au cimetière dit de la Forestière à Bouvigny (tombe 748). Présent sur le Monument aux Morts d'Arthez-d'Asson.
MANSIEUX ROMAIN
Né le 30 avril 1885 à Asson. Caporal au 218e R.I. de Pau. Mort pour la France le 25 mai 1916 (31 ans), "tué à l'ennemi" à Douaumont dans la Meuse. Présent sur le Monument aux Morts de Louvie-Juzon.
MARTY-DESSUS JOSEPH
Né le 5 avril 1889 à Asson. Soldat à la 15e Section des Infirmiers Militaires. Mort pour la France le 29 janvier 1918 (29 ans) à l'ambulance de la colonne mobile de la 57e Division d'Infanterie à Starova en Albanie. Inscrit au Monument aux Morts de Pau.
PEYRAS PAULIN
Né le 26 mai 1884 à Asson. Soldat au 33e R.I. coloniale de Rochefort-sur-Mer. Mort pour la France le 18 février 1915 (30 ans), "tué à l'ennemi" au combat de Lachalade dans la Meuse. Présent sur le Monument aux Morts de Lourdes.
SEP BENOIT JULIEN
Né le 9 octobre 1892 à Asson. Soldat au 18e R.I. de Pau. Mort pour la France le 16 septembre 1914 (22 ans), "tué à l'ennemi" à La Ville aux Bois dans l'Aisne. Présent sur le Monument aux Morts de Saint-Pé-de-Bigorre.
SOUBIELLE URBAIN
Né le 28 avril 1877 à Asson. Soldat au 218e R.I. de Pau. Mort pour la France le 16 septembre 1915 (38 ans) à Glennes dans l'Aisne à l'ambulance n°3, "suite à des blessures de guerre". Inscrit sur le Monument aux Morts de Bruges.
TAILLADE OSCAR JEAN BERNARD
Né le 1er décembre 1893 à Asson. Soldat au 34e R.I. de Mont-de-Marsan. Mort pour la France le 6 mai 1917 (23 ans), "tué à l'ennemi" sur le plateau de Craonne dans l'Aisne. Présent sur le Monument aux Morts d'Igon.

 

Le 9 novembre 1919, la commune d'Asson est reconnaissante envers ses vaillants poilus. Cette photo commémorative prise devant l'actuelle école du Bourg, est issue d'un cadre présent à la Mairie d'Asson, acheté dans une brocante par Jean-Paul Mondot de Ferrières et offert par Jean-Pierre Mondot. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Pour en savoir plus :

 

Des découvertes archéologiques attestent qu’il existe à Asson, bien avant le Moyen Age, un habitat groupé sur la terrasse qui domine l’Ouzom, au carrefour des deux voies principales empruntées à la fois pour la transhumance et pour le transport du minerai de fer.

Histoire d'Asson

En Béarn, comme ailleurs dans le midi de la France, les XIIIème et XIVème siècles furent marqués par un essor de la vie urbaine qui allait se matérialiser par la création de nombreuses villes neuves appelées Bastides.

En 1282, Gaston VII, Vicomte de Béarn et Seigneur de Moncade, affranchit les habitants d’Asson, confirmant la création de la bastide autour des 17 maisons “casalères” qui existent déjà.

Le plan de la bastide suit deux axes : l’un, orienté est-ouest, constitue la rue principale appelée “carrère aforade”. L’autre, orientée sud-nord, est limitée par deux églises : St. Basile (disparue) à l’extrémité sud et St. Martin dans la partie nord.
Le long de ces deux voies se trouvaient des “places” avec jardin et “darrerau” jusqu’au talus et palissade extérieurs.

La bastide d’Asson, un plan original adapté à l’habitat existant
Voir le plan de la Bastide (PDF)

Histoire d'Asson

Quant à la charte, elle prévoit que les lots délimités dans le périmètre de la bastide, doivent être occupés en priorité ; toute place de la franchise qui serait laissée vacante, devra être reprise par un successeur même si celui-ci habite hors du bourg.

Pour les 17 enclos existants, les impôts sont inchangés ; par contre, tout homme qui viendrait s’installer dans la bastide, devra cinq cent sous Morlaas à Monseigneur Gaston. Si la charte d’affranchissement présente des avantages pour les habitants d’Asson, elle leur vaut aussi quelques contraintes. Ainsi, par exemple, à chaque visite du Seigneur et de sa suite, les affranchis sont tenus de vendre leurs produits sans pratiquer une quelconque hausse des prix, mais aussi chacun devra héberger deux chevaux s’il y a de la place.

Vidimus de 1391 de la charte d’affranchissement, un cadre juridique et foncier pour les habitants de la bastide
Voir le document (PDF)

Partant de là, Asson va s’avérer une bourgade prospère si l’on en croit les dénombrements : celui de 1385 fait état de 57 feux et plus tard, celui de 1549 mentionne 150 foyers.

Aujourd’hui les traces de la bastide ne sont que très peu visibles au sol, mais le contour est en revanche parfaitement dessiné sur le plan cadastral de 1820. Même si la Bastide d’Asson échappe aux clichés géométriques traditionnels, elle s’inscrit pourtant bien dans ce mouvement de création de villes neuves.


Rédaction : association histoire et archéologie

Chronologie

Les étapes de l’évolution de l’humanité ne peuvent pas toujours être définies par des dates précises.
Cela est particulièrement vrai pour Asson qui pourtant se nourrit à la fois d’une histoire très ancienne et très riche, pas forcément consignée dans des textes. Il sera donc souvent question de périodes.

PREHISTOIRE

Environ 120.000 à 50.000 ans avant J.C. : paléolithique moyen. Découverte de pierres taillées : bifaces et racloirs.
Environ 2.500 à 1.800 ans avant J.C. : néolithique, âge des métaux. Haches polies, herminette, meules dormantes et pierres à moudre, pointe de sagaie (feuille de laurier en silex),…

ANTIQUITE

De nombreux éléments attestent une occupation humaine sédentaire et organisée : tuiles romaines (tegules et imbrices), tessons de poteries, tesselles de mosaïques,…
Vers 170 après J.C. : Gaule Romaine. Découverte sur l’oppidum d’un sesterce à l’effigie de Marc Aurèle, de fibules et boucles de ceinturons.

MOYEN AGE

VIème -IXème siècles : présence de sarcophages.
XIIème siècle : fortification de l’oppidum ; présence du Castet d’Asson.
1282 : charte d’affranchissement.
1399 : destruction du Castet sur ordre d’Archambaud de Grailly.
1481 : Jean de Molou crée les premières forges sur le territoire d’Asson.

TEMPS MODERNES

1534 : réédification de l’église St. Martin sur son emplacement d’origine.
1569 : l’église St. Martin est incendiée par les protestants.
1674 : fondation d’un ermitage au sommet de l’oppidum.
1732 : abandon de l’ermitage.
1787 : Arthez d’Asson est détaché d’Asson et devient commune indépendante.

EPOQUE CONTEMPORAINE

A partir de 1789, il devient difficile d’extraire un évènement plus qu’un autre ; nous ne retiendrons que les suivants :
1819 : découverte des Grottes dites de Bétharram.
1871 : construction du clocher de l’église.
1886 : construction de l'école du Pont Latapie.
1923 : construction du monument aux morts.
1963 : création du club de handball d’Asson Sports.
1974 : construction de la salle des sports.
2010 : jumelage d’Asson avec Ploumilliau (Côtes-d’Armor)

Registres paroissiaux et d'état civil numérisés (1618-1906)

Contenu numérisé Dates Lien
Baptêmes, mariages et sépultures 1618-1706 Accès aux documents numérisés
1705-1726
Baptêmes, mariages et sépultures 1726-1750 Accès aux documents numérisés  
Baptêmes et mariages 1750-1792
Sépultures 1750-1792
 Naissances (dans le désordre) 1793-1889 Accès aux documents numérisés 
 Mariages 1793-1889 Accès aux documents numérisés 
Décès 1793-1820
Décès   1821-1873  Accès aux documents numérisés
Mariages  1873-1889
Décès 1874-1884
 Naissances 1890-1892 Accès aux documents numérisés
 Naissances 1893-1902 Accès aux documents numérisés
Mariages 1890-1892 Accès aux documents numérisés
Mariages 1893-1902 Accès aux documents numérisés
Décès 1885-1895 Accès aux documents numérisés
Décès 1896-1902 Accès aux documents numérisés
Décès 1902-1906 Accès aux documents numérisés

 

Deux hypothèses sont avancées quant à l’étymologie d’Asson.

La première, proposée par J.B. Laborde, historien béarnais, l’attribue à la présence de la tribu des Lassuni dans l’Aquitaine gallo-romaine. Il s’appuie en cela sur le nombre et la ressemblance des noms de lieux dans cette partie des Pyrénées : Asson, St. Hilaire de Lassun (Montaut), Ossun, Ossen, Val d’Azun, …. Ce qui lui fait dire que ce peuple aurait pu s’établir dans notre région.

L’autre hypothèse est issue d’un ouvrage de Michel Grosclaude qui attribue l’origine d’Asson à la langue basque : du radical as/aitz (= pointe rocheuse) et du suffixe un.
Cette éventualité pourrait être corroborée par la géographie du site : “lieu où il y a une montagne pointue ”et la présence de l’Oppidum.

Au cours des siècles, plusieurs orthographes ont eu cours :

  • Assoo (11ème s. Cartulaire de l’Abbaye de St.Pé) ;
  • Assonium (1100 : charte de Mifaget) ;
  • Asso (12ème s. Cartulaire de Lescar) ;
  • Assun (13ème s. Fors de Béarn) ;
  • Asson (à partir de 1450. Règlement de la Cort Major).

Mais que faut-il penser de la légende qui fait dire à un seigneur du Béarn qui passait dans le lieu: «et aço, qu’ey».

Rédaction : association histoire et archéologie

 

Instauré en France par la loi du 15 septembre 1807, le cadastre dit « napoléonien » apporte des informations intéressantes sur l’histoire d’Asson. Réalisé entre 1810 et 1846 sur le département des Basses-Pyrénées, celui de notre village a été dressé en 1826. Il fut remplacé par le cadastre actuel dès 1930.

Le village est divisé en 9 sections, correspondant aux quartiers historiques du village.
Certaines planches sont abîmées voire déchirées.

Les 33 feuilles du cadastre actuel d’Asson sont consultables gratuitement sur ce lien.

Section Parcelles Lien
Tableau d’assemblage    Accès aux documents numérisés
Section A, dite d'Arribarouy N°1-46 Accès aux documents numérisés
N°47-308 Accès aux documents numérisés
N°309-570 Accès aux documents numérisés
Section B, dite d’Arribabot N°1-245 Accès aux documents numérisés
N°246-446 Accès aux documents numérisés

Section C, dite des Benguès

N°1-39 Accès aux documents numérisés
N°40-99 Accès aux documents numérisés
N°100-273  Accès aux documents numérisés

Section D, dite de Serre-de-Brose

N°295-443 Accès aux documents numérisés
N°444-638 Accès aux documents numérisés
N°639-749 Accès aux documents numérisés
Section E, dite de la Montagne Orientale N°1-6 Accès aux documents numérisés

N°6bis-9

Accès aux documents numérisés
N°10-17

Accès aux documents numérisés

N°18-31 Accès aux documents numérisés

Section F, dite de la Montagne Occidentale

N°1-112 Accès aux documents numérisés
N°113-159 Accès aux documents numérisés
N°160-182 Accès aux documents numérisés

 

 

Si la généalogie d’une commune consiste à traiter de sa filiation, alors on peut effectivement dire qu’Asson est l’aïeule de plusieurs villages voisins.

Au 11ème siècle, le vaste territoire d’Asson était la propriété des Vicomtes du Béarn qui avaient donc tout loisir de doter foncièrement des abbayes ou monastères voisins et de créer de nouvelles bourgades. Ces partages se faisant en principe avec le consentement des habitants du lieu.

Vers 1010 Gaston II Vicomte de Béarn donne son accord pour « donner », moyennant 300 sols toulousains une partie du territoire d’Asson à l’abbaye de Lescar.
A plusieurs reprises, 1095 – 1132 – 1281, les moines de St. Pé se voient attribuer des possessions d’Asson.
En 1114 Lorsque Gaston IV crée l’hôpital, la commanderie et l’église de Mifaget, les terres nécessaires à la construction, à la culture et l’élevage sont prises pour partie sur le territoire d’Asson.
Vers 1131 Quand les moines de Sauvelade s’installent à Capbis, ce sont 350 arpents qui sont détachés des terres d’Asson.
En 1335 La bastide de Lestelle est créée sur des vacants d’Asson à son extrémité orientale.
En 1357 C’est à son extrémité occidentale qu’est créée la bastide de Bruges.
Ce « sens du partage» ne s’arrêtera qu’en 1787, avec l’indépendance d’Arthez d’Asson, à partir d’anciens quartiers d’Asson et de la paroisse St. Paul d’Asson .


Rédaction : association histoire et archéologie

Découvrez et cherchez Asson, toute l'histoire de la cartographie locale :

Principatus Benearnia

Willem Janszoon Blaeu, (1571-1638).

La Principauté de Bearn.

Voir la carte (BNF)

Le gouvernement général de Guienne

 

Nicolas Sanson, (1600-1667).

Gouvernement général de Guienne et Guascogne et pays circonvoisins ou sont la Guienne, la Saintonge, le Limosin en par. le Rouergue, le Quercy, et l'Agenois, deça la Garonne ; et au delà de la Garonne la Guascogne, les Landes, le Bazadois, l'Armaignac, le Comminge, le Bigorre, le Bearn, et le Basque.

Voir la carte (BNF)

Le Pais de Bearn

Joannes Janssonius, (1588-1664).

Le pais de Bearn - Avec privilège du Roy.

Voir la carte (BNF)

Les frontières de France et d'Espagne

Nicolas de Fer (1646-1720).

Carte de 1694
Les frontières de France et d'Espagne tant deça que de la les monts Pyrenées ou se trouvent marqués les Cols, Ports, Pertuys et autres passages intérieurs de la Montagne.

Voir la carte (BNF)

La carte du Béarn

Guillaume Delisle, (1675-1726).

Carte du Béarn de la Bigorre de l'Armagnac et des pays voisins.

Voir la carte (BNF)

La partie méridionale du gouvernement de Guienne

 

Gilles Robert de Vaugondy, (1688-1766).

Partie méridionale du gouvernement de Guienne où se trouvent le Condomois, la Chalosse, le pays de Soule, le Labour, l'Armagnac, les Landes, le Cominge, le Bigorre, le Conserans etc ; Gouvernement de Basse Navarre et Bearn.

Voir la carte (BNF)

La Guyenne, la Gascogne et le Bearn

 

Jacques-Nicolas Bellin, (1703-1772).

Asson n'y figure pas. (?).

Voir la carte (BNF)

Cassini...

C'est à l'initiative de Louis XV, impressionné par le travail cartographique réalisé en Flandre, qu'est levée la première carte géométrique du royaume de France.
La "carte de Cassini" est la plus ancienne des cartes de la France entière à l'échelle topographique.
Les levées commenceront en 1760 avec César François Cassini de Thury et se termineront en 1789 avec son fils, Jacques Dominique Cassini.
La publication sera retardée par les évènements de la Révolution pour n'être achevée qu'en 1815.

Quatre générations de Cassini se seront donc consacrées à la réalisation de la carte qui mérite de porter aujourd'hui le nom de cette famille.
La "Carte de Cassini" est une oeuvre remarquable qui a rendu de grands services et a été utilisée jusqu'au milieu du siècle dernier. Elle a été remplacée progressivement par la "Carte d'Etat-Major".

La carte de Cassini servira de référence aux cartographies des principales nations européennes pendant la première moitié du XIX° siècle.

Carte de Cassini d' Asson sur www.gencom.org
Carte de Cassini N°108 (sud de Pau)
Légendes des cartes de Cassini

Voir la première édition (BNF)
Voir la seconde édition (BNF)

Carte générale des monts Pyrénées et parties des Royaumes de France

 Carte de Roussel (16..-1733)

La carte de Roussel est une carte de l'ensemble des Pyrénées commandée par le Régent à des fins militaires, levée à partir de 1716 par Roussel, ingénieur du roi, et La Blottière, un autre ingénieur géographe, et gravée en 1730, à l'échelle du 1/330000.

voir la carte (PDF)

Le cadastre Napoléonien

SIG 64 - Conseil Général des Pyrénées Atlantiques.

La loi du 15 septembre 1807 donna naissance au cadastre parcellaire appelé communément « napoléonien », composé d’états de sections, de matrices de propriétés bâties et non bâties, et de plans. Napoléon voulait en faire à la fois un instrument juridique, pour établir la possession du sol, et un outil fiscal qui permettait d’imposer équitablement les citoyens aux contributions foncières.

La rénovation générale des plans cadastraux napoléoniens fut prescrite par la loi du 16 avril 1930, en raison de la transformation du paysage foncier. Elle n’intervint effectivement que quelques années plus tard, entre 1950 et 1970.
Les plans napoléoniens ont donc été une référence pendant plus d’un siècle.

28 planches sur la commune d'Asson
.

Illustrations du cadastre de la mairie d'Asson (PDF)

La Bastide
Le quartier Labat
Le piémont d'Asson
Le centre d'Asson

Voir le site du Conseil Général
Voir toutes les planches du cadastre

....les Basses Pyrénées

Atlas National illustré publié par A. Combette en 1852.

voir la carte (PDF)

   

 

 

Connexion